Fougères 

Le château de Fougères est l'une des plus imposantes forteresse de français, occupant une superficie de deux hectares, et constituant un ensemble médiéval du XII au XVe siècle.

Au titre des monuments historiques, le château fait l’objet d’un classement par liste de 1862 et journal officiel du 18 avril 1914 ; le terrain municipal d'une superficie de 1 a 95 ca avoisinant la barbacane ouest du château, limité par la rue du Château, la route de Rennes et la prairie de la Palestine fait l’objet d’un classement par arrêté du 4 juillet 1928 ; les douves et anciennes douves et les terrains situés aux abords immédiats et immeubles édifiés sur ces terrains notamment la maison du gardien font l’objet d'un classement par arrêté du 26 février 1953.

Le château est inscrit comme site archéologique depuis le 18 avril 1914.

En octobre 1828, Honoré de Balzac séjourne plusieurs semaines à Fougères chez Gilbert de Pommereul. Il visite le château et l'ensemble de la région pour y puiser l'inspiration pour son roman Les Chouans, paru en 1829.

 

Vue panoramique.

Victor Hugo, dans Quatrevingt-Treize (1879), s'inspire de la tour Mélusine qu'il décrit longuement : c'est la « Tourgue » d'Hugo, une haute et large tour, à six étages, percée çà et là de quelques meurtrières, ayant pour entrée et pour issue unique une porte de fer donnant sur un pont-châtelet. Au sol se trouve la grille par laquelle est visible la fameuse oubliette, tantôt prison, tantôt garde-manger.